Accueil > Actualité > Commune de Bana dans la Boucle du Mouhoun : Les populations plaident pour (...)

Commune de Bana dans la Boucle du Mouhoun : Les populations plaident pour la construction d’un poste de police ou de gendarmerie

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO

dimanche 5 mars 2017

La question de l’insécurité ne se compte plus au Burkina, elle se vit. Les multiples attaques à travers les parties nord du pays montrent bien cette réalité. Comment faire face à cette question récurrente ? Parmi les pistes de solutionnement, la collaboration entre populations et Forces de défense et de sécurité (FDS). C’est dans cet effort que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) poursuit ses sorties d’échanges avec les populations de différentes zones du pays. Le week-end dernier, l’organisation était dans la commune rurale de Bana, dans la province des Balé, région de la Boucle du Mouhoun. Là, les populations ont surtout plaidé pour l’installation d’un poste de police ou de gendarmerie dans la localité.

Commune de Bana dans la Boucle du Mouhoun : Les populations plaident pour la construction d’un poste de police ou de gendarmerie

Pour cette sortie, l’institution s’est déployée jusqu’au niveau village, précisément à Ouona, une localité à forte densité, du fait aussi d’une exploitation minière qu’elle abrite. Là, il a été question pour le conférencier, Assegna Anselme Somda, Chargé de programme du CGD, de s’entretenir avec les populations sur cette question cruciale à travers le thème : « La participation citoyenne à la politique de sécurité : enjeux et défis ».

Pour camper son décor dans cet exercice qui s’est incarné en langue locale, M. Somda a d’abord fait observer que la « politique de sécurité » peut s’entendre comme « l’ensemble de dispositifs légaux, organisationnels, financiers, symboliques, qui ont pour objectifs la protection des biens et des personnes ».
Il a indiqué également ici, que dans la conception historique de la sécurité, la participation des citoyens dans le dispositif sécuritaire était impensable ; la sécurité était considérée comme le monopole de l’Etat, seul compétent pour exercer la violence physique légitime. Cette distanciation était également fondée sur des croyances (à savoir que, les professionnels pouvaient, à eux seuls, garantir la sécurité des citoyens et que, par conséquent, impliquer les citoyens était chose dangereuse).

L’ex-président de la Commission des affaires sociales et du développement durable du CNT (Conseil national de la Transition), Assegna Anselme Somda, va ensuite dépeindre le contexte sous-régional, marqué, entre autres, par la rébellion Touarègue au nord du Mali, les attaques de Bokom Haram au Nigeria et dans certaines parties du Niger et, et la situation nationale caractérisée, depuis l’insurrection d’octobre 2014, par une nouvelle forme d’insécurité ; celle dérivant de l’extrémisme violent par notamment la multiplication d’attaques terroristes dans les parties nord.

Face à ce nouvel ordre d’insécurité, la place des citoyens dans la lutte contre l’insécurité devient une exigence perçue par tous. C’est dire donc que la participation citoyenne, autrefois impensable, est aujourd’hui recherchée. Celle-ci est fondée sur la gouvernance. La perception ‘’monopoliste’’ du domaine de sécurité par l’Etat, est ainsi remise en cause ; redéfinissant les liens entre l’Etat et gestion de la sécurité intérieure (à titre préventif, les citoyens peuvent s’attaquer aux causes structurelles de l’extrémisme violent : économiques, politiques, socioculturelles, religieuses…).
C’est l’émergence du concept de bonne gouvernance, émaillée par l’implication des acteurs non-étatiques et l’importance accordée à des principes et valeurs comme la participation citoyenne, la primauté du droit, l’obligation de rendre compte, etc. Cette synergie d’action s’exprime également aujourd’hui par la mise en place de réseaux de coopération régionale pour faire face à ce défi nouveau.

Aussi l’Etat a-t-il délégué ses compétences en la matière aux collectivités territoriales dans le cadre de l’approfondissement de la décentralisation (polices municipales, associations koglweogo, dozos …).

De l’avis du conférencier, pour répondre à la question de l’implication des citoyens, le processus de sécurité se doit d’être analysé dans la prévention, l’éducation, l’alerte, l’intervention, la résilience. Egalement, il apparaît nécessaire d’analyser les degrés et les modes d’implication des citoyens en différenciant les aspects de la sécurité (civile, policière, économique, etc.). Le citoyen apparaît à ce jour, comme un élément indispensable au dispositif et non comme une simple variable d’ajustement des forces de sécurité. Aussi, poursuit-il, dans les démocraties pluralistes, la sécurité est considérée comme l’affaire de tous. Après la phase de réticence sus-développée donc, l’opinion est largement acquise qu’une participation ou collaboration citoyenne est souhaitable, voire nécessaire à l’efficacité des FDS.

C’est pourquoi, en guise de perspectives, le communicateur a souligné qu’il est désormais attendu des citoyens, des leaders communautaires, qu’ils signalent aux Forces de défense et de sécurité, tout comportement suspect et qu’en retour, celles-ci fassent preuve de réactivité et protègent les citoyens qui portent les informations. Les familles aussi, en tant que cellules de base de l’individu, sont appelées à jouer un rôle majeur dans l’encadrement des jeunes.

Les populations, qui ont massivement effectué le déplacement de la rencontre d’échanges, n’ont pas été avares en réactions. Parmi les axes majeurs d’interventions, les attaques répétées dans la partie nord du pays. Sur le plan local, plusieurs intervenants ont exprimé leurs inquiétudes face à la montée de l’insécurité du fait également de la présence de la mine d’or dans la zone qui attire du monde. C’est pourquoi ont-ils demandé à leur interlocuteur (le conférencier) de plaider en leur faveur pour l’installation de poste de police ou de gendarmerie dans cette zone (les postes les plus proches seraient situés à environ 30 km). Dans cette optique de lutte contre l’insécurité, les intervenants ont cependant tenu à souligner qu’ils ne souhaitent pas l’installation d’initiatives privées (référence faite aux associations koglweogo).

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Clair de lune très nuageux, Humididté : 98%
Max : °C
Min : °C

24°C
Clair de lune très nuageux
Jeudi
Inconnu
22|24°C
Vendredi
Orage
22|26°C
Samedi
Orage
22|25°C
Dimanche
Orage
22|27°C
Lundi
Orage épars
22|28°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés