Accueil > Actualité > « Dans ma commune, j’ai des CEG sous paillotes, même les églises servent (...)

« Dans ma commune, j’ai des CEG sous paillotes, même les églises servent souvent de salles de classe », Dembélé, Maire de Djibasso

LEFASO.NET | David Demaison Nébié

lundi 6 mars 2017

Il s’appelle Robert Dembélé, il est le maire de la commune de Djibasso depuis le 28 juin 2016. Elu sous la bannière du MPP (Mouvement du Peuple pour le Progrès), Il est le 3e maire. Le premier était René Dembélé, le second Edouard Dembélé. Il nous a accordé un entretien le 27 janvier 2017 à Djibasso.

 « Dans ma commune, j’ai des CEG sous paillotes, même les églises servent souvent de salles de classe », Dembélé, Maire de Djibasso

Sous quel signe le maire de Djibasso que vous êtes place son mandat ?

Robert Dembélé : Moi, je place mon mandat sous le signe de la continuité en reconnaissant les efforts de mes prédécesseurs. De plus, depuis mon élection comme maire, je ne veux plus parler de parti politique. L’essentiel c’est de travailler avec tout le monde dans l’entente, l’unité, la paix pour le rayonnement de la commune de Djibasso. La commune de Djibasso compte 49 villages dont l’accessibilité varie selon les zones. Si on prend le côté sud, tous les villages ont moins de problèmes pour joindre Djibasso. Par contre au côté nord, c’est très difficile parce que toutes les pistes sont sablonneuses alors qu’il y a des villages à plus de 40 km de Djibasso. Il y a aussi le côté est où il y a des collines difficiles à franchir. Donc de façon générale, les populations rencontrent beaucoup de difficultés pour se déplacer.

Quelles sont les priorités de l’actuel maire ?

Ici, nos priorités sont multiples mais ce qui nous préoccupe plus c’est l’éducation. A ce niveau, nous avons plusieurs classes et écoles sous paillotes que nous comptons normaliser. Avant l’insurrection, six établissements secondaires étaient en voie de construction mais les chantiers ont été arrêtés après. Présentement donc, nous nous battons pour achever cela et ce n’est pas facile. Nous avons promis en tout cas de résoudre ces problèmes pendant les 5 ans. Au niveau du primaire, nous avons environ 19 salles de classes sous paillotes. Quant aux CEG (Collège d’enseignement général, ndlr) sous paillotes, il y en a beaucoup aussi. A Kira où nous avons une dame comme directrice, les classes se tiennent d’abord sous des tentes. Sinon, on peut trouver des CEG sous paillotes à Yira, à Ba. Souvent, même les églises servent de salle de classe, cela pour amener les populations à comprendre la situation et à contribuer à leur manière.

J’avoue que nous avons été un peu gourmands en commençant beaucoup de chantiers en même temps alors que le soutien ne suit pas comme il faut. Nous sommes sur tous ces fronts et nous espérons aboutir à de bons résultats. Au niveau de la santé, nous avons 7 CSPS (Centre de santé et de promotion sociale, ndlr) dont un est dénommé CST (Centre de Santé Transfrontalier) parce qu’il est cogéré par des Maliens et des Burkinabè. Il a été érigé suite à des conflits entre les deux communautés et la solution était de créer un comité mixte de gestion.

Quels sont les conflits fonciers que vous rencontrez ?

Les conflits terriens naissent parce que les populations actuelles veulent de plus grandes superficies pour produire alors que nos ancêtres, nos grands-parents étaient modérés. Tout cela c’est pour lutter contre la pauvreté et surtout vivre décemment. Parmi les solutions à ces conflits, nous avons envisagé des voyages d’études au profit des responsables de chacune des deux communautés. Ainsi, ils ont pu aller au Bénin apprendre comment entretenir les terres, le compostage, la fumure organique et la création du CST a beaucoup baissé les tensions. En réalité, il n’y a pas de problèmes avec les frères Maliens depuis longtemps. Actuellement la collaboration entre les deux communautés est au beau fixe. Le fonctionnement du CST est rotatif c’est-à-dire que le responsable, l’agent de santé est tantôt Malien, tantôt Burkinabè avec des délais bien définis. Dans tous les cas, nous veillons au grain en mettant en œuvre toutes les initiatives pour préserver la paix dans les zones frontalières.

Avez-vous des doutes sur le côté sécuritaire ?

Côté sécurité, nous pouvons dire que ça va pour le moment grâce aux efforts déployés par les forces de l’ordre. Nous n’avons pas encore connu des cas graves d’attaques. Nous sommes novices dans ce domaine, mais nous avons confiance au travail des agents présents. C’est à nous de les soutenir pour que leurs sorties soient fréquentes, et si possible, renforcer le personnel avec d’autres agents parce que nous, nous estimons que les agents présents sont insuffisants pour couvrir toutes les frontières de la commune.

Dites-nous les problèmes que vous rencontrez et qui freinent le développement de votre commune ?

A la mairie de Djibasso ici, nos problèmes sont multiples. A commencer par le problème de personnel ; nous en souffrons beaucoup surtout à l’état civil. Nous avons osé recruter deux agents dont un pour l’hygiène et l’assainissement et l’autre pour le recouvrement. Mais au niveau de l’état civil, nous n’avons plus qu’un agent puisque la responsable est malheureusement décédée il y a quelque temps. Même si nous trouvons une autre personne pour appuyer, la demande reste forte et nous sommes souvent très gênés quand les usagers ne sont pas satisfaits parce qu’ils viennent de très loin et avec le mauvais état des routes, nous devons tout faire pour leur faciliter les choses.

Sur le plan de la santé, avez-vous des soucis ?

Au niveau santé, le CSPS de Djibasso a une ambulance depuis maintenant 2 ans, cela facilite beaucoup les évacuations. Mais le gros problème au CSPS, c’est l’insuffisance de personnel. Vu la grandeur de la ville et suite à la mesure de gratuité des soins, la fréquentation est assez bonne. Les agents sont souvent débordés et cela crée parfois des plaintes chez les patients. Nous aurions voulu qu’il y ait deux salles de consultations pour contenir le monde. Mais la solution définitive que nous envisageons est la construction d’un nouveau CSPS à Djibasso. Nous en parlons à chaque fois que nous avons l’occasion à Nouna devant les autorités. Nous avons même eu des médecins dans le temps mais présentement ce n’est plus le cas.

Pour l’amélioration de votre assiette fiscale, vous avez votre stratégie ?

Pour améliorer l’assiette fiscale de la commune, nous sommes en train de faire un répertoire des contribuables. Après cela nous allons mettre l’accent sur la sensibilisation de ces contribuables grâce à la radio que nous voulons rétablir. Cette radio qui était en panne va beaucoup nous aider dans la sensibilisation. Nous attendons l’ouverture officielle incessamment.

Avant de devenir maire, qui était Robert Dembélé ?

Avant de venir à la mairie, j’étais enseignant travaillant à l’inspection. Depuis que je suis maire, j’y vais rarement parce que les activités de la mairie me prennent plus de temps.

Avez-vous un cri de cœur ?

Nos difficultés premières sont les routes. Il n’y en a pratiquement pas surtout dans la zone des collines. Là-bas tout est difficile, même souvent les terres cultivables manquent. Les populations souffrent beaucoup si bien qu’elles n’ont pas les moyens pour assurer la scolarisation de leurs enfants. Du coup, la fréquentation est faible dans les villages situés dans cette zone. Nous faisons des sorties de sensibilisations avec l’Inspecteur. L’idéal serait que ces parents soient soutenus par des partenaires comme l’UNICEF, le PAM ou autres. Ils veulent bien scolariser leurs enfants, mais ils sont très limités et ont besoin de soutien.

La cantine prévue dans les écoles arrive tard. Le soutien doit aller plus loin pour prendre en compte les routes dont l’état est déplorable. Cela décourage tout le monde à savoir les fonctionnaires affectés. Ceux qui viennent demandent à partir après un ou deux ans. Même les entreprises, quand elles ont des marchés dans la zone des collines, hésitent à y aller. Il nous faut vraiment améliorer les conditions d’accès à cette zone. Sinon, les populations se sentent souvent oubliées. Même les CSPS construits dans certains villages ne sont pas fréquentés à cause de l’inaccessibilité. Aussi faut-il créer des conditions de vie agréables pour les agents affectés avec des logements électrifiés ou en tout cas des mesures incitatives pour les maintenir. Un de mes cris de cœur c’est aussi la maison de la Femme que les femmes réclament à chaque 8-Mars. Si des personnes de bonne volonté pouvaient nous aider à honorer cette demande ce serait très bien. Si possible y ajouter un centre de métiers ou même les handicapées pourraient faire quelque chose. Cela me tient beaucoup à cœur. Il y a aussi le problème d’eau potable qui est crucial. Les populations de la colline s’organisent souvent pour dégager des routes. Elles ne cherchent qu’à être accompagnées. Mais monter des projets de réalisations de routes n’est pas facile pour un élu.

Merci pour votre passage. Nous espérons qu’avec vos écrits nous seront entendus et compris.

Propos recueillis par David Demaison Nébié
Correspondant dans la Boucle du Mouhoun
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Clair de lune très nuageux, Humididté : 68%
Max : °C
Min : °C

27°C
Clair de lune très nuageux
Mercredi
Orage épars
27|37°C
Jeudi
Nuageux
26|36°C
Vendredi
Orage épars
26|34°C
Samedi
Orage épars
26|36°C
Dimanche
Nuageux
26|37°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés