Accueil > Actualité > Dédougou : Le projet PROMIRIAN capitalise les acquis à mi-parcours

Dédougou : Le projet PROMIRIAN capitalise les acquis à mi-parcours

LEFASO.NET

dimanche 22 décembre 2019

Dédougou, la cité de Bankuy a abrité du 19 au 20 décembre 2019 un atelier de capitalisation portant sur le Projet multifonctionnel intégré de résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’Insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun. Durant deux jours, les participants veulent capitaliser les acquis à mi-parcours après 32 mois de mise en œuvre du projet.

Dédougou : Le projet  PROMIRIAN capitalise les acquis à mi-parcours

Porté par le consortium Terres des hommes, Saves The Children, Gret, IPA, et Wupakwé, le Projet multifonctionnel intégré de résilience des ménages pauvres et très pauvres face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans les provinces septentrionales de la Boucle du Mouhoun( PROMIRIAN) est implémenté depuis le mois de mai 2017 dans la région de la Boucle du Mouhoun.

Financé par l’Union européenne, le projet qui est à 32 mois d’exécution est évalué selon l’esprit de l’atelier. Les acteurs impliqués dans la mise en œuvre veulent capitaliser les acquis avant la clôture des activités sur le terrain. L’ouverture de l’atelier s’est tenu à l’hôtel Bon séjour de Dédougou et a réuni l’ensemble des acteurs. C’est monsieur Alama Yéo qui a présidé le cérémonial d’ouverture de l’atelier en qualité de chef de base de Terres des hommes pour la Boucle du Mouhoun.

Il s’est prononcé par rapport aux travaux qui les réunissent en ces termes : « Je pense qu’après 32 mois d’activités sur le terrain, il convient de s’arrêter un moment, de réfléchir à ce qu’on a pu faire et de capitaliser de sorte à pouvoir tirer de bonnes leçons et de se projeter sur le futur. L’objectif final pour nous est de réussir à porter le maximum possible à la résilience des populations qui sont sur le terrain, tant sur le plan alimentaire que nutritionnel, et aussi pour atténuer les crises que nous vivons dans la zone d’intervention ». L’objectif du projet porté par le consortium est de renforcer durablement la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle à travers surtout un meilleur traitement de ses causes multidimensionnelles.

Toute cette action s’intègre dans le processus de la lutte contre la pauvreté des populations. Cette lutte peut être examinée selon le projet sous deux facettes. Selon l’angle monétaire, il convient de noter que cette facette est liée directement à la question de l’insécurité alimentaire dans sa dimension accessibilité à l’alimentation. Le second angle concerne la pauvreté des conditions de vie. Cette vitrine est liée à la question de la malnutrition, la santé et la gouvernance.

De façon spécifique, le PROMIRIAN vise d’une part à améliorer l’accès des ménages et des groupes vulnérables comme les ménages pauvres, les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans aux services de base pour une meilleure prévention et le traitement de la malnutrition. D’autre part, le projet veut renforcer la capacité des institutions nationales, locales ainsi que les communautés à assurer la bonne gouvernance de la sécurité alimentaire.

Les bénéficiaires de ce projet sont reconnaissants au consortium et monsieur Moussa Djibo, maire de la commune de Kombori a donné ses attentes vis-à-vis de l’atelier du jour et n’a pas manqué de faire un plaidoyer en disant : « Nos attentes, c’est avoir un bref aperçu de tout ce qui s’est passé sur le terrain, leur accompagnement en images et surtout nous trouvons que ce projet est un bon projet, nous voulons faire un plaidoyer pour que ce projet puisse revenir, car il a été très bénéfique pour nos populations respectives. »

Il faut rappeler que ce projet dans sa mise en œuvre a expérimenté plusieurs volets d’intervention et surtout dans une approche intégrée et multisectorielle avec des stratégies et approches innovantes. Au regard des résultats probants sur le terrain, le consortium porteur du PROMIRIAN souhaite s’offrir à travers cet atelier un espace de capitalisation.

C’est ce que corrobore, le coordonnateur du projet monsieur Bitagugumba Manegabe José par ces propos : « Le contenu de cet atelier à mi-parcours est une occasion d’échanger avec le partenaire technique, le personnel de mise en œuvre sur les leçons apprises, les bonnes pratiques qui ont été mises en place pour pouvoir capitaliser après ces 32 mois. Les participants sont les représentants du consortium, les partenaires techniques, les services concentrés et déconcentrés de l’Etat, les maires des communes. Au sortir de cet atelier, nous voulons avoir une vision globale sur les leçons apprises dans ce projet. »

Pour cette session de capitalisation, les caractéristiques suivantes sont considérées : l’axe d’intervention, l’approche intégrée, l’approche multisectorielle et la cible principale. De façon unanime, les participants sont satisfaits de ce projet mis en œuvre dans la région de la Boucle du Mouhoun qui est éprouvée dans certaines zones par l’insécurité, fait naitre de facto des ménages et des groupes vulnérables qui ont besoin d’un accompagnement sur la plan de l’alimentation et la santé.

D . Lawali

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés