Accueil > Actualité > Boucle du Mouhoun : La souscription à l’assurance pour la campagne agricole (...)

Boucle du Mouhoun : La souscription à l’assurance pour la campagne agricole 2021-2022 lancée

LEFASO.NET

samedi 10 juillet 2021

Le ministère en charge de l’Agriculture a organisé le vendredi 9 juillet 2021 à Dédougou dans la région de la Boucle du Mouhoun, un atelier d’appropriation des produits d’assurance agricole suivi de l’ouverture des souscriptions pour la campagne agricole 2021-2022. Cet atelier est la suite d’une série d’ateliers mis en place par le ministère en charge de l’Agriculture dans le cadre du lancement de la campagne agricole 2021-2022.

Boucle du Mouhoun : La souscription à l’assurance pour la campagne agricole 2021-2022 lancée

L’objectif de cette rencontre est de présenter le produit d’assurance en vue de susciter l’adhésion des acteurs au mécanisme d’assurance agricole au Burkina Faso. Il sera par ailleurs expliqué aux acteurs le processus de souscription à l’assurance agricole, le processus d’indemnisation en cas de sinistre et passer à la phase d’ouverture des souscriptions.
Cette assurance vise à protéger le producteur qui a adhéré, contre les risques de baisse de rendement de sa récolte en maïs suite à une insuffisance de pluies ou à une sécheresse.

Le montant garanti est de 130 000/ha. Pour être éligible il faut exploiter une superficie avec la spéculation maïs, être éligible à la subvention sur la prime d’assurance, avoir son exploitation localisée dans les zones de couverture de l’assurance, payer à la souscription sa part sur la prime d’assurance.

JPEG - 80.2 ko
Les participants

La prime d’assurance est de 12 387 par hectare, subventionnée par l’Etat à 50%. Ce qui permet au producteur de payer 6193/ha. L’assurance dure pendant la campagne agricole. Pour la campagne 2021-2022, le maïs est la seule spéculation assurée.
Selon Pascal Sorgho de l’assurance SONAR/IARD, les producteurs peuvent souscrire auprès des chefs de Zone d’Appui Technique (ZAT) qui ont les fiches de souscription et le paiement se fait de façon électronique par Orange money.

Yacouba Dao, producteur dans la commune de Pompoye, province des Balé, témoigne : « J’ai souscrit pour dix hectares de maïs. Souvent quand nous produisons, en cas de sécheresse, la production se gâte et on n’est pas dédommagés. Mais dès qu’on a reçu l’information du chef de zone par rapport à l’assurance agricole, nous avons souscrit. Je remercie les agents de l’assurance et le ministère de l’Agriculture. Comme mon champ n’avait pas subi trop de dégâts, j’ai eu 31 500 par hectare soit près de 320 000 pour les dix hectares ».

JPEG - 97.1 ko
Yacouba Dao, un producteur ayant déjà souscrit et indemnisé grâce à l’assurance agricole

Au Burkina Faso, l’agriculture est essentiellement pluviale et donc soumise aux aléas climatiques (déficit pluviométrique, inondations, la récurrence de poche de sécheresse). C’est pour prendre en compte cette nouvelle donne qui présente énormément de risques pour le développement du secteur agricole que le Burkina Faso s’est engagé dans une vision globale de gestion des risques agricoles et alimentaires en créant en 2019 le Projet de gestion des risques agricoles et alimentaires (PRAA). La vision du PRAA est de sécuriser le capital de production agro-sylvo-pastorale en vue de soutenir durablement l’économie rurale et renforcer la résilience des acteurs pour une sécurité alimentaire durable.

Ainsi, pour atténuer les risques liés aux aléas climatiques notamment les poches de sécheresse et le déficit pluviométrique, une phase pilote du volet « assurance agricole » sur la production du maïs, du riz et du Sorgho est en cours. Trois régions sont concernées par cette phase pilote à savoir la Boucle du Mouhoun, le Centre-Ouest et l’Est.

JPEG - 93.4 ko
Sankara Adama, chargé du Projet de gestion des risques agricoles et alimentaires (PRAA)

C’est pour une bonne appropriation de ce produit d’assurance et susciter l’engouement de tous les acteurs que le ministère de l’Agriculture, à travers la Direction générale de la promotion de l’économie rurale (DGPER), a entamé une série d’ateliers de présentation/sensibilisation sur le produit maïs et l’ouverture des souscriptions pour la campagne agricole 2021-2022 dans les différentes régions pilotes.

Selon Adama Sankara, chargé du Projet de gestion des risques agricoles et alimentaires (PRAA), ils sont en deuxième année d’expérimentation de l’assurance agricole. Aussi, pour la campagne agricole 2021, ce sont 369 producteurs qui avaient souscrits pour près de 500 hectares dans les trois régions et 107 producteurs ont été indemnisés à hauteur de cinq millions de FCFA.

JPEG - 43.1 ko
Salimata Dabal, secrétaire générale de la région de la Boucle du Mouhoun

Il souligne également que le choix du maïs n’est qu’un début car le sorgho et le riz pluvial sont pris en compte dans cette phase pilote du projet. Cependant, sa mise en échelle sera en fonction du besoin avec si possible l’ajout d’autres produits tels que le sésame…

Le gouverneur de la Boucle du Mouhoun par la voix de sa secrétaire générale, Salimata Dabal, souligne que plus de 270 hectares de maïs ont été couverts par l’assurance et 2 144 681 FCFA distribués aux producteurs de la région comme indemnisation des dommages subis. Il s’est réjoui du choix de la région dans la conduite de cette démarche nouvelle et de rassurer les différents acteurs de leur engagement pour relever le défi.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés