Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Agriculture : « Nous avons intérêt à sauvegarder la culture du coton », Bakary (...)

Agriculture : « Nous avons intérêt à sauvegarder la culture du coton », Bakary Dieudonné Traoré, chef de la région cotonnière de Dédougou

Entretien réalisé par David Demaison NEBIE

jeudi 5 juillet 2018

Bakary Dieudonné Traoré est le chef de la région cotonnière de Dédougou, pour la campagne cotonnière 2018-2019. Pour cette saison cotonnière, il dit attendre 166 000 tonnes pour la région de Dédougou. Nous l’avons rencontré le jeudi 14 juin 2018 pour davantage d’informations sur la saison en cours. Entretien !

Agriculture : « Nous avons intérêt à sauvegarder la culture du coton », Bakary Dieudonné Traoré, chef de la région cotonnière de Dédougou

Lefaso.net : Quel message avez-vous pour les producteurs en ce début de campagne agricole ?

Bakary Dieudonné Traoré (B.D.T.) :
Le message est d’appeler les producteurs à profiter des avantages qui se présentent à eux pour cette campagne. Je veux parler du prix du coton qui est à 250 F CFA le kilogramme pour le 1er choix ; le maintien des prix de cession des intrants au même prix que la campagne écoulée grâce aux subventions du gouvernement, des sociétés cotonnières ; le soulagement des impayés ; la baisse du taux d’intérêt (de 7,5 à 7%) du crédit des facteurs de productions octroyés par les partenaires financiers. Nous signalons aussi le paiement d’ici à fin juin les primes semencières, les frais-marchés et autres. Ils sont invités à préparer les champs de coton et à emblaver autant que possible.

Lefaso.net : Comment s’annonce la campagne de cette année ?

B.D.T. : Comparativement à l’année passée, nous sommes un peu en retard. L’année passée, les pluies se sont installées dès la dernière semaine du mois de mai alors que cette année, ce n’est pas encore le cas. Cela nous inquiète un peu. En plus de cela, il y a des soucis dus à certaines incompréhensions au sein de certains producteurs de coton. Mais nous considérons que ce sont des difficultés que nous sommes en train de surmonter. Tout va rentrer dans l’ordre.

Lefaso.net : Quelles sont les grandes mesures que vous comptez prendre cette année pour booster la production ?

B.D.T. : C’est de mettre à la disposition des producteurs de coton des intrants agricoles de bonne qualité (engrais, produits phytosanitaires, etc.) à temps. Cette opération est beaucoup avancée et nous comptons la boucler d’ici-là. Ensuite il y a tout un ensemble de dispositions qui sont prévues pour accompagner les producteurs de coton tout au long de la saison hivernale. Il s’agit notamment des formations de recyclage assurées par nos agents sur le terrain, des suivis rapprochés.

La région cotonnière et la direction générale de la SOFITEX mènent également des actions dans ce sens. Nous demandons aussi aux cotonculteurs de commencer les observations de la mouche blanche en début de campagne. Les échanges se poursuivent afin qu’une solution soit trouvée à nos différentes incompréhensions. Mais en attendant, nous les exhortons à poursuivre la production du coton.

Lefaso.net : Quel message avez-vous à adresser aux producteurs, concrètement ?

B.D.T. : Le message que j’ai à l’endroit des producteurs est ceci : nous pouvons nous disputer sur des points de divergences, mais la pluie ne nous attend pas. Je les invite à aller dans les champs pour commencer les travaux pendant que nous réglons les questions en instance. Cette année, nous attendons plus de 800 000 tonnes pour combler le déficit de l’année passée. A mon humble sens, je dirai qu’il est plus urgent d’emblaver les champs (car les pluies n’attendent pas) en même temps que nous poursuivons les échanges autour des problèmes.
L’Etat nous a soutenus avec 14 milliards de francs CFA, donc nous devons travailler à mériter cette marque de confiance. C’est un effort très important que nous devons capitaliser. Les vrais producteurs de coton ne doivent pas se laisser dérouter par qui que ce soit. Les points de discorde ne manqueront pas mais nous avons tous intérêt à sauvegarder la culture du coton car elle occupe une place très importante dans l’économie de notre pays. Elle est pourvoyeuse d’emplois.

C’est pourquoi la direction générale et nous-même sommes toujours à l’écoute des préoccupations des cotonculteurs. Concernant les traitements des cotonniers, nous rappelons qu’ils doivent commencer à partir du 30e jour, après la levée et que les observations de la mouche blanche doivent commencer en début de campagne. Nous souhaitons une bonne campagne agricole à tous les producteurs et surtout une bonne santé dans toutes les familles.

Lefaso.net : Et le message à l’endroit de vos agents ?

B.D.T. : À l’ endroit de nos agents sur le terrain je leur demande d’être mobilisés, disponibles, à l’écoute des producteurs de coton afin de les accompagner dans le suivi des itinéraires techniques et de mettre un accent particulier sur le suivi de l’apparition de la mouche blanche en début de campagne. A toutes les étapes de production cotonnière, nos agents doivent être présents et donner les conseils nécessaires aux cotonculteurs. Je leur demande aussi de bien se comporter envers les producteurs qui sont à la fois nos partenaires, nos clients. Je les invite à vivre au quotidien cette démarche.

Entretien réalisé par David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Très nuageux, Humididté : 77%
Max : °C
Min : °C

25°C
Très nuageux
Lundi
Orage épars
23|33°C
Mardi
Soleil et nuages épars
23|34°C
Mercredi
Orage épars
23|35°C
Jeudi
Soleil et nuages épars
23|34°C
Vendredi
Soleil et nuages épars
22|33°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter