Accueil > Actualité > Santé au Burkina : Vers l’intégration de la médecine traditionnelle dans les (...)

Santé au Burkina : Vers l’intégration de la médecine traditionnelle dans les programmes d’enseignement

LEFASO.NET

mardi 3 septembre 2019

La 17e édition de la Journée africaine de la médecine traditionnelle et la 7e édition de la Semaine nationale de la médecine traditionnelle et alternative ont été célébrées conjointement à Dédougou, chef-lieu de la région de la Boucle du Mouhoun, ce 31 août 2019. Les médecins traditionnels, communément appelés tradipraticiens, ont séjourné du 26 août au 1er septembre 2019 dans la cité de Bankuy, pour exposer leurs produits et renforcer leurs savoir-faire à travers des modules de formations.

Santé au Burkina : Vers l’intégration de la médecine traditionnelle dans les programmes d’enseignement

Placée sous la présidence de Christophe Dabiré, Premier ministre du Burkina Faso, la cérémonie commémorative de la 17e édition de la Journée africaine de la médecine traditionnelle et de la 7e édition de la Semaine nationale de la médecine traditionnelle s’est déroulée ce samedi 31 août 2019 dans la salle polyvalente du Conseil régional de Dédougou. Cette double commémoration a été l’occasion pour les tradipraticiens de santé, les chercheurs, les pharmaciens, les médecins, les infirmiers de se rencontrer et se concerter autour des thèmes majeurs relatifs au développement du secteur de la médecine traditionnelle, durant une semaine.

La cérémonie a connu la présence de l’épouse du Premier ministre et des ministres Maurice Bonanet de l’Habitat et Sommanogo Koutou des Ressources animales. La représentante du Premier ministre, Claudine Lougué, ministre de la Santé, avait à ses côtés madame Diarra, représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Burkina.

C’est le maire de la commune de Dédougou, Karim Lomboza Kondé, qui a été le premier à livrer son allocution. Après avoir souhaité la bienvenue à tous les participants, il a exprimé sa gratitude au ministère de la Santé pour l’ouverture d’une école de santé publique dans la ville de Dédougou. Après le maire, le représentant des tradipraticiens de santé a pris la parole pour louer le renforcement de la collaboration entre la médecine traditionnelle et celle conventionnelle.

Livrant le message de la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, madame Diarra a remercié le gouvernement d’avoir associé son organisation à cette double célébration. Elle a souligné que les populations africaines de façon générale font recours à la médecine traditionnelle en premier lieu. Par exemple, « jusqu’à 70% de la population du Bénin utilise la médecine traditionnelle et 90% en Ethiopie et au Burundi ». La représentante de l’OMS a ensuite salué les progrès accomplis au cours des 20 dernières années dans le domaine de la médecine traditionnelle.

Quatorze Etats d’Afrique mettent en œuvre des politiques en matière de médecine traditionnelle, notamment l’intégration de cette médecine dans le programme de formation en science de la santé. « On est passé, de l’an 2000 à ce jour, de 18 à 33 instituts de recherche qui évaluent la qualité et l’efficacité des médicaments traditionnels utilisés dans le traitement du paludisme, des infections opportunistes liées au VIH/Sida, du diabète, de l’hypertension et de la drépanocytose, en s’inspirant des lignes directrices de l’OMS », a-t-elle soutenu.

Ainsi, 89 autorisations de commercialisation ont été délivrées en 2018 pour les médicaments traditionnels utilisés dans le traitement des principales maladies transmissibles et non-transmissibles, contre 20 autorisations en 2000. Pour ceux qui ont encore des appréhensions sur la qualité des médicaments traditionnels, madame Diarra rassure : « 43 produits de la médecine traditionnelle ont été ajoutés aux listes nationales des médicaments essentiels en 2018, contre 14 en 2000 ». L’OMS invite donc les gouvernements, les instituts de recherche et le secteur privé à renforcer leur collaboration en vue de l’intégration de la médecine traditionnelle dans les programmes de formation des professionnels de la santé, des étudiants et des chercheurs.

Le Burkina Faso, selon l’OMS, est sur le bon chemin car des efforts sont fournis pour l’intégration de la médecine traditionnelle dans les programmes d’enseignement des universités.

D’ailleurs, Claudine Lougué, ministre de la Santé, représentant le Premier ministre, a rappelé que la médecine traditionnelle a été reconnue en 1994 dans le Code de santé publique du Burkina. Aussi, le ministère de la Santé s’est engagé dans la construction du Centre de médecine traditionnelle et de soins intégrés à Tengandogo (Ouagadougou). Au sein des centres hospitaliers régionaux, des structures d’interface seront développées. « Des réflexions seront engagées pour la mise en place d’un fonds d’appui à la médecine traditionnelle », a annoncé la ministre.

Caudine Lougué a terminé son propos par des félicitations à l’endroit des tradipraticiens qui ont reçu des prix, pour s’être distingués dans leur domaine. A la fin de la cérémonie, les autorités ont pu visiter les stands des exposants à la Place des martyrs de Dédougou.

D. LAWALI

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Très nuageux, Humididté : 60%
Max : °C
Min : °C

31°C
Très nuageux
Mercredi
Très nuageux
22|31°C
Jeudi
Orages isolés
23|33°C
Vendredi
Orage épars
22|33°C
Samedi
Soleil et nuages épars
23|33°C
Dimanche
Soleil et nuages épars
23|34°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés