Accueil > Actualité > Journée nationale du paysan : la professionnalisation de l’agriculture (...)

Journée nationale du paysan : la professionnalisation de l’agriculture familiale comme panacée pour l’atteinte de la souveraineté agricole

vendredi 24 avril 2015

Les activités de la dix-huitième journée nationale du paysan (JNP) ont débuté ce jeudi 23 avril 2015 à Dédougou, dans la Boucle du Mouhoun, par le forum. Les débats se déroulent autour du thème « accroitre la productivité des exploitations agricoles familiales pour l’atteinte de la souveraineté alimentaire au Burkina Faso ». Il s’agit selon le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques de l’assainissement et de la sécurité alimentaire (MARHASA), François Lompo de « faire évoluer les exploitations agricoles de type familial vers celles de type entrepreneurial ».

Journée nationale du paysan : la professionnalisation de l’agriculture familiale  comme panacée pour l’atteinte de la souveraineté agricole

« Accroitre la productivité des exploitations agricoles familiales pour l’atteinte de la souveraineté alimentaire au Burkina Faso ». C’est sous ce thème que le forum de la 18e journée nationale du paysan (JNP) a débuté ce jeudi 23 avril 2015 à Dédougou. L’ouverture du forum et des ateliers sectoriels marque ainsi l’ouverture des activités de la 18e édition de la JNP prévue pour se tenir les 23, 24 et 25 avril. Selon les organisateurs, ce forum va servir de cadre de réflexion sur pour rendre les exploitations agricoles familiales plus professionnelles et plus performantes. A l’ouverture des travaux du forum, le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques de l’assainissement et de la sécurité alimentaire (MARHASA), François Lompo a indiqué que l’agriculture burkinabè reste dominée par un système d’exploitation de type familial. Près de 86% pratiquent cette agriculture en utilisant des moyens rudimentaires dans un contexte de changement climatique. C’est pour cette raison que Monsieur François Lompo estime que le thème est très pertinent. En effet, selon lui le « développement de l’agriculture familiale reste une des solutions au problème de l’insécurité alimentaire, de la malnutrition et de la pauvreté en milieu rural ». C’est pour quoi explique monsieur le ministre les autorités s’investissent pour la promotion de l’entreprenariat agricole comme modèle alternatif de développement de ce secteur. Car « la promotion de l’entreprenariat agricole est, en effet, lié au souci de faire évoluer les exploitations agricoles de type familial vers celles de type entrepreneurial » s’est-il justifié. Il s’agit selon Monsieur François Lompo pour le gouvernement d’accompagner les exploitants agricoles qui ont pris conscience que l’activité agricole est un métier à part entière vers une modernisation agricole afin qu’ils génèrent plus de production. Plus concrètement, le ministre a souligné que son département dans l’agenda d’urgence de la transition va axer ses interventions sur les actions de promotion de l’utilisation des intrants et équipements agricoles, la professionnalisation des acteurs par le développement de l’entrepreneuriat agricole, l’élaboration et la mise en œuvre d’une loi d’orientation agro-sylvo-pastorale halieutique et faunique qui reconnait le métier d’agriculteur. Le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliques de l’assainissement et de la sécurité alimentaire (MARHASA) François Lompo a en fin exhorté les participants à dégager des recommandations fortes qui prennent en compte tous les facteurs qui peuvent assurer une productivité accrue de l’agriculture familiale au Burkina Faso.

Selon Bassiaka Dao Président du conseil d’administration de la Confédération paysanne du Faso, si on veut rendre nos exploitations familiales plus performantes, il faut élaborer des politiques agricoles qui répondent aux attentes des différents acteurs. « L’atelier va nous permettre de dégager des pistes de solutions pour élaborer une vraie politique. Cette politique doit nous permettre de corriger les externalités notamment les changements climatiques, la non adoption des semences améliorées, l’insuffisance des intrants » a-t-il signifié. Monsieur Dao a insisté, « la politique doit mettre surtout l’accent sur le marché. Sans marché, pas de productivité. Et quand on parle de marché il faut y adjoindre la transformation, le secteur agro-alimentaire ». Et de conclure « C’est la prise en compte de ces secteurs qui vont nous permettre d’atteindre la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire. Nous voulons que ce ne soit plus une fête (ndlr JNP) de retrouvaille. Il faut que ce qui sera arrêté ici soit véritablement pris en compte dans les politiques agricoles ».

Ibrahima TRAORE
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Dédougou
Clair de lune très nuageux, Humididté : 98%
Max : °C
Min : °C

24°C
Clair de lune très nuageux
Jeudi
Inconnu
22|24°C
Vendredi
Orage
22|26°C
Samedi
Orage
22|25°C
Dimanche
Orage
22|27°C
Lundi
Orage épars
22|28°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter

LeFaso.net
LeFaso.net © 2013-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés